La Fourrure Blanche — Jardine Libaire

« Et quand elle s’était extraite de la banquette arrière, qu’elle avait déplié son corps long et fin en tirant un sac à dos qui se balançait au bout de sa main comme un pendule, elle avait semblé effrayée, même si elle les dépassait d’une bonne tête. Une fugueuse élégamment triste, avec des baskets blanches quelconques et des créoles bambou en or. »


Auteur : Jardine Libaire
Editeur : Presses de la cité
Date de publication : 2018

— Résumé

Wyoming, 1987. Dans une chambre de motel, une jeune femme aux longues tresses afro pointe son fusil de chasse sur la poitrine d’un jeune homme aux allures de gendre idéal. Elle est fille de junky, il est fils de milliardaire. Ils se sont rencontrés un an plus tôt, de l’autre côté du pays. La passion a viré à l’obsession. Et les saisons ont défilé, aussi vite que les paysages, de New Haven à New York, dans les quatre coins d’une société que la fin des années quatre-vingt électrise.

Mais de quelle flamme peuvent bien se consumer ces deux êtres que tout oppose ? Comment se retrouve-t-on en cavale dans le Midwest, le fusil braqué sur le corps de celui qu’on aime ?

Note : 7/10

— Avis

La Fourrure Blanche est un roman qui m’a provoqué un sentiment inédit. Je ne saurais pas comment le nommer mais le style cru de l’auteur et l’histoire brute de Jamey et Elise m’ont totalement transportée. Un tourbillon de sentiments, de descriptions, qui m’ont vraiment immergée dans le roman. J’ai beaucoup apprécié ma lecture, ce n’est pourtant pas le genre de roman que j’ai l’habitude de lire.

Le résumé, comme le premier chapitre, sont très intriguants et introduisent un suspens qui dure pendant l’intégralité du roman. Une jeune femme, Elise, maintient le canon contre le torse de Jamey. C’est tout ce que l’on sait de ce mois de Juin 1987. Mais l’histoire commence bien avant, en Janvier 1986, et elle est bien différente de ce que l’on peut imaginer au premier abord : comment en sont-il arrivés-là ?

J’ai une relation amour/haine avec la plume de Jardine Libraire. Si parfois je raffolais de son écriture si vraie, crue, brute, souvent je trouvais qu’il glissait beaucoup trop de descriptions superflues.

Au final, ce style cru et original ne m’a pas empêché de dévorer les pages, pressée de découvrir la fin, attachée aux caractères si réalistes et pleins de vie des deux personnages principaux. J’ai trouvé les caractères des personnages très originaux : Jamey pour son côté profondément sombre, Elise pour son naturel et son franc parlé.

Je préfère ne pas vous en dire plus sur cette histoire, puisque le résumé est volontairement mystérieux, pour que vous découvriez vous même la surprise de ce roman. Mais en tout cas se fut une lecture intense, un style que je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire et qui m’a finalement plu.

Je tiens a remercier les éditions Presses de la cité pour l’envoi de ce roman !


— Mon avis en quelques mots ?

Une agréable surprise. J’ai apprécié le style original de l’auteur, le développement des personnages très poussé, et le suspens présent tout au long de l’histoire. La chute a réussi à me surprendre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s